Le suivi des projets financés

Depuis son lancement en 2015, la plateforme ClubFunding permet à un nombre croissant de petites et moyennes entreprises de financer leurs projets. David Peronnin, co-fondateur et CEO, nous explique comment il assure une sélection et un suivi de qualité, malgré un rythme de financement toujours plus soutenu.

Des projets de qualité au service de l’économie réelle 

Participer au rachat d’un restaurant parisien, financer une opération de promotion immobilière à Strasbourg, développer l’activité de négoce d’un vignoble du Languedoc… ClubFunding propose aux investisseurs un large éventail de projets, issus de secteurs variés : « l’immobilier, l’ingénierie et la finance en majorité mais aussi la restauration, l’audiovisuel, la sécurité ou les biens de consommation. Nous voulons encourager les investisseurs à diversifier leurs placements. » Les points communs aux différents projets ? Une situation financière optimale et un impact concret sur l’économie réelle.

La première est garantie par le processus de sélection de la plateforme : « une analyse financière quantitative – étude du bilan, du compte de résultat, des cash-flows – une analyse qualitative – rencontres, calls, entretiens – et enfin la validation du projet par le Comité des Risques ». La seconde s’appuie sur une logique d’impact investing : « Nous cherchons à financer des projets capables de générer des externalités économiques et sociales positives. » Économiquement, ClubFunding participe à la croissance et au développement de nombreuses PME françaises. « Notre projet Felt Invest a permis de financer le rachat d’un spécialiste agricole par une PME pour développer une nouvelle activité d’export vers les DOM-TOM. Nous contribuons ainsi à la croissance d’une PME sur de nouveaux territoires. » Socialement, ClubFunding finance la création de logements améliorant les conditions de vie dans certaines régions. « En Bretagne, nous avons orchestré le financement de la Résidence Armoricaine – un immeuble collectif de dix logements sociaux à Trémuson – et la Résidence de la Vallée – un ensemble immobilier de 26 appartements et un commerce près de Saint-Brieuc. » Et David Peronnin de résumer : « Financer les projets ClubFunding permet aux investisseurs de contribuer au dynamisme de l’activité économique française et au bénéfice social commun. »

Un suivi religieux et une volonté de maintenir la même exigence à grande échelle, pour un rythme de financement qui s’intensifie

Le travail de ClubFunding ne s’arrête pas là : la plateforme assure un suivi rigoureux des différents projets financés. Celui-ci s’appuie sur une relation de proximité tissée avec les entreprises. « Nous rencontrons systématiquement les dirigeants : il faut qu’il y ait une entente mutuelle, une résonnance intellectuelle et une confiance réciproque pour que nous travaillions ensemble. » ClubFunding monitore ensuite ces investissements sur le long terme : « En plus des coupons mensuels reçus, nous organisons des calls fréquents, échangeons par mail régulièrement et compilons une analyse semestrielle des différents résultats. Nous suivons religieusement chacun des projets. » 

Dès lors, le challenge pour la plateforme est de maintenir ce niveau de suivi malgré un rythme de financement de plus en plus soutenu. « ClubFunding reçoit trois fois plus de candidatures qu’à ses débuts et la croissance des projets financés s’accélère. Notre priorité aujourd’hui est de maintenir le même suivi à grande échelle. » Par conséquent, une grande partie des investissements est consacrée à cette problématique : « Nous investissons dans notre technologie pour assurer, avec une même équipe, la même proximité et une interface intelligente avec les porteurs de projets. »
Autre mesure importante : la formalisation d’un suivi sur mesure des différents projets. « Nous définissons la fréquence et la nature du suivi en amont, en fonction du projet. Les besoins ne sont pas les mêmes selon que nous finançons un projet agricole sur plusieurs années ou la construction d’un logement social sur un an. Dans le premier cas, les points intermédiaires seront nécessaires quelques fois par an avant les moissons, alors que dans le second, un call, un bilan et une analyse s’imposeront tous les mois ».

Proximité : maître mot des relations investisseurs-emprunteurs-CIP

Le but à terme de ce suivi n’est pas seulement de rassurer les investisseurs : cette relation de proximité profite aux trois parties dont les emprunteurs et ClubFunding. « Les sûretés et le processus de recouvrement mis en place ne doivent pas être vus comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête des emprunteurs. Elles permettent de diminuer les risques côté investisseurs et ainsi réduire le coût du financement pour les dirigeants. Au final, tout le monde est gagnant : c’est win-win-win ! ».

Et David Peronnin de conclure : « la relation de proximité c’est l’essence de ClubFunding et nous faisons tout pour la conserver. Un enjeu qui demande beaucoup de travail à l’heure où nous composons avec toujours plus de dirigeants d’entreprises ! »

Retrouvez la stratégie de ClubFunding sur Strategist